La pilule contraceptive Cilest est, grâce à la combinaison des deux hormones qu’elle contient, un moyen de contraception oral hormonal combiné très efficace.

Boite de la pilule contraceptive CilestElle est qualifiée de pilule contraceptive oestroprogestative de troisième génération du fait de la nature de ces hormones, un progestatif appelé norgestimate et un oestrogène appelé éthinylestradiol

Ces deux hormones sont des substances actives qui vont avoir un effet contraceptif efficace dès lors que Cilest est prise correctement, mais réversible lorsque la prise de la pilule est arrêtée.

Le traitement contraceptif hormonal Cilest appartient à la classe thérapeutique des gonades et agit principalement sur l’ovulation. Son efficacité est mesurée par l’indice de Pearl, qui détermine le nombre de grossesse pour 100 femmes utilisant la pilule Cilest pendant un an.

Cet indice de pearl est de 0,43 pour Cilest, signifiant que pour 22.237 cycles, seulements 0,43 des cycles ont conduit à  une grossesse. On peut donc parler de pilule à l’efficacité très forte, avec un risque de tomber enceinte proche de zéro. 

Présentation de la pilule Cilest

Elle se présente sous forme d’une plaquette de 21 comprimés bleus sur lesquels est inscrit la mention “0 250” d’une face, et “35” de l’autre face. Elle est donc monophasique, car tous les comprimés sont identiques en dosage et contiennent la même teneur en hormones oestrogène et progestatif.

Elle est dosée à 0,25 mg de norgestimate pour 0,035 mg d’éthinylestradiol.

Cette pilule est donc à climat progestatif et du fait de son dosage, on la classe parmi les pilules contraceptive faiblement dosée, dite mini dosée.

En effet une pilule est dite mini dosée dès lors qu’elle contient moins de 0,04 mg d’oestrogène, Ce faible dosage en hormone oestrogénique éthinylestradiol est d’ailleurs l’autre critère, après la nature de l’hormone progestative, qui permet de classer des pilules dans la catégorie des contraceptifs de troisième génération.

Info: A titre informatif, la nature de l’hormone sexuelle progestative la plus courante des pilules de deuxième génération est le norgestrel et le lévonorgestrel.

Logo laboratoires janssenCilest, traitement contraceptif hormonal, est fabriqué par les laboratoires pharmaceutiques belges Janssen Pharmaceutica NV, filiale de Johnson & Johnson, depuis février 1988. Elle a été retirée du marché français le 8 octobre 2013, car elle fait partie des pilules de troisième génération.

Toutefois, elle n’a jamais fait l’objet de plaintes et n’a pas conduit à des cas de mise en danger de la santé, ce qui explique le fait qu’elle reste aujourd’hui facilement trouvable sur Internet.

Rappel: avant de commencer la prise d’une pilule contraceptive orale, que vous soyez déjà sous traitement hormonal ou non, nous vous conseillons de demander l’avis d‘un médecin*. Il saura vous orienter, après un examen complet de votre état de santé et évaluation des risques liés à d’éventuels antécédents, dans le but d’écarter la survenue d’accidents thromboemboliques, dont le risque est accru dès lors qu’une femme prend la pilule, et ce quelque soit la génération de celle-ci.

* En achetant votre pilule contraceptive via une pharmacie agréée comme Treated, vous obtenez une consultation en ligne, rapide et gratuite, avec un médecin certifiée de sorte à éviter tous les risques.

Enfin, au sujet de la pilule Cilest de 3e génération, celle-ci ne doit pas être prise en tant que première pilule.

Comment fonctionne la pilule Cilest  ?

Cilest, en tant que contraceptif hormonal, est utilisé dans le but d’empêcher qu’une grossesse non désirée ne survienne. Elle vise donc les femmes qui ne souhaitent pas tomber enceinte et qui ont des rapports sexuels réguliers ou non.

Une boite de pilules CilestGlobalement, une femme sous pilule contraceptive n’a plus ses véritables règles, mais des hémorragies de privation, du fait de l’action puissante des hormones sexuelles oestrogènes, mais surtout progestatives. Ces dernières, même à petite dose, ont le pouvoir de mettre en sommeil l’hormone FSH produite par l’hypophyse, qui a pour rôle de stimuler les follicules et indique que le temps de l’ovulation est arrivé.

En empêchant la FSH de véhiculer ce message, les hormones progestatives ont aussi le pouvoir d’endormir l’ovulation en diminuant la concentration des hormones lutéinisantes LH, responsables du déclenchement de l’ovulation. La pilule hormonale combinée fait donc croire aux hormones FSH que le temps de l’ovulation est passé, et ceci de manière constante car les hormones progestatives et oestrogéniques contenues dans la pilule hormonale vont artificiellement faire baisser le taux de FSH et LH dans le sang.

Autrement dit, les pilules contraceptives font croire au cerveau que vous êtes déjà enceinte, et ceci systématiquement. Il n’y a donc jamais de menstruations, mais à la place, des hémorragies de privations qui surviennent et qui sont des réactions à l’arrêt de la pilule et à la privation d’hormones. Elles ne sont pas des menstruations normales lors desquelles sont évacuées les muqueuses et autres préparatifs à l’arrivée d’un oeuf fécondé.

Une quadruple action pour une efficacité maximale

Illustration de la pilule cilestPour atteindre son effet contraceptif, la pilule Cilest va agir en inhibant les gonadotrophines, hormones jouant un rôle fondamental dans la reproduction.

Ce sont ces hormones, avec les FSH, qui stimulent au cours du cycle menstruel les follicules ovariens, dans lequel est contenu l’ovocyte. Autrement dit, ce sont les gonadotrophines qui sont responsables de la maturation de la période d’ovulation.

En agissant principalement sur la fonction des ovaires par une action inhibant l’ovulation via les gonadotrophines, Cilest empêche que les ovocytes arrivent à maturité .

Son mode d’action contraceptif principal est donc l’inhibition de l’ovulation, mais la pilule hormonale orale Cilest agit aussi sur l’aspect de la glaire cervicale , les trompes de Fallope et l’endomètre.

Cette quadruple action confère à Cilest une efficacité à 99,9 % :

– La modification de la texture de la glaire cervicale provoquée par les hormones permettent de la rendre plus dense, opaque et visqueuse. De ce fait, les spermatozoïdes, qui en font habituellement leur nid et un moyen de transport privilégié vers le col de l’utérus, ne peuvent plus passer. Leur progression tant stopper, la pilule empêche la fécondation de se produire.

– Les trompes de Fallope sont les fameux tunnels par lesquels sont expulsés et acheminés les ovules. La pilule va agir sur le stimulus déclenché dans les trompes pour mouvoir les ovules, de l’ovaire vers l’utérus. En inhibant cette motilité, le risque de fécondation est évité.

– Enfin, Cilest agit sur l’endomètre, les parois de l’utérus qui sont habituellement responsables d’accueillir un embryon, en changeant d’aspect afin que celui-ci puisse s’y implanter. Ces muqueuses utérines deviennent plus minces et inadéquates, et ne sont plus accueillantes pour l’embryon qui ne peut s’y fixer. La nidation est alors impossible, et le risque de tomber enceinte évité.

Les avantages de cette pilule

Utiliser Cilest comme méthode contraceptive hormonale orale est donc une manière efficace et sûre d’éviter de tomber enceinte. Ce traitement contraceptif oral, du fait de la nature de son hormone progestative norgestimate, est une pilule à climat oestrogénique notamment adaptée aux femmes ayant un profil progestatif. C’est la nature de l’hormone progestative qui détermine le climat, selon que son effet soit plus ou moins fort par rapport à l’hormone oestrogène.

En effet, le taux naturel de production d’hormones varie selon les femmes, qui vont avoir des réactions diverses face à des pilules dosées différemment en oestrogènes et progestatifs. Ainsi on prescrit les pilules à climat oestrogénique aux femmes ayant un profil progestatif, et inversement.

La pilule contraceptive Cilest: pour qui?

Les femmes à profil oestrogénique (comme celles à qui convient le plus cette pilule) sont aussi celles qui sont habituellement le moins sujettes au syndrome prémenstruel c’est-à-dire qui ont des douleurs abdominales modérées à faibles, tensions mammaires limitées, mais qui prennent du poids facilement avec les autres pilules. Ayant une très faible dose d’oestrogène, elles limitent aussi la prise de poids. En effet, le tissu adipeux est un capteur privilégié d’hormones oestrogéniques, auquel cas les femmes n’ont pas besoin d’une dose plus élevée en oestrogènes .

Cette pilule combat l'acné et l'hirsutisme Dans le cas de la pilule Cilest, elle s’adapte mieux aux femmes ayant un taux d’hormones progestatives plus élevé, celles ayant tendance à l’hirsutisme et à avoir de l’acné. Par conséquent, Cilest, qui est en plus non androgénique, sera très efficace pour lutter contre l’acné.

Cilest permet aussi d’apporter une régularité dans les cycles menstruels, qui deviennent aussi plus courts, et de rendre le flux des règles moins abondants, chez les femmes souffrant de hyperménorrhées. Particulièrement pour ces femmes exposées à l’anémie, mais aussi pour les autres, sachez que Cilest fait également office de soin pour pallier les carences de fer.

Enfin, les pilules fortement dosées (teneur de 50 mg au minimum) en oestrogènes sont aussi des soins hormonaux qui permettent de diminuer l’occurrence de troubles féminins comme les kystes ovariens pouvant évoluer en cancers ovariens, l’endométriose, les infections pelviennes, les tumeurs bénignes mammaires et les grossesses extra-utérine appelées grossesses ectopiques.

De même, les études montrent que leur fréquence diminue après le traitement. Les données que l’on dispose au sujet des pilules plus faiblement dosées comme Cilest, ne sont pas encore probantes au regard des bénéfices sur les pathologies féminines sus citées, mais indiquent une tendance à un même comportement.

Posologie de cette pilule contraceptive

La pilule Cilest est un traitement hormonal oral monophasique contenant 21 comprimés contraceptifs de même nature, de même dosage et de même teneur en hormones oestrogènes et progestatifs.

Bien que monophasique signifie que tous les comprimés sont identiques, il est conseillé de suivre l’ordre d’administration par jour en partant du jour où vous débutez Cilest, afin de vous assurer d’un suivi rigoureux et optimal, notamment en cas d’oubli.

Astuce: effectuer cette action vous permettra de vous repérez et de confirmer un oubli.

Comment prendre cette pilule contraceptive?Il faut avaler un comprimé de la plaquette Cilest par jour, avec un peu d’eau, et ceci à heure fixe. Il est important d’adopter un comportement assidu quand on fait le choix de prendre la pilule hormonale, et d’adapter son comportement en conséquence.

Exemple: si vous vous savez tête en l’air, n’hésitez pas à mettre un rappel sur votre téléphone.

Pour les lève tôt: le matin est un bon créneau tandis que celles qui se lèvent tard ou irrégulièrement chez elles notamment en début en soirée et dîner peuvent préférer un horaire en journée ou en fin de journée.

Pour les femmes qui changent de sac: méfiez-vous des oublis, peut-être que la plaquette aura toute sa place dans votre portefeuille, objet qu’on oublie rarement, ou une trousse de toilette si vous avez l’habitude de l’emporter partout. Ainsi, selon vos habitudes et votre mode de vie, vous trouverez une routine de prise adaptée qui vous aidera à minimiser les oublis de pilule.

Que faire en cas d’oublis?

Car malgré toutes les précautions prises, il se peut qu’un événement ou simplement un oubli vous empêche d’avaler votre pilule. Des semaines chargées, des week ends festifs ou un voyage, le stress et tout autre chose sont autant d’éléments perturbateurs .  

Règle N°1:

Sachez que vous êtes plus exposée à un risque de grossesse si vous oubliez de reprendre le premier comprimé de la nouvelle plaquette, juste après l’interruption. C’est la règle d’or numéro 1 qui indique de ne jamais dépasser une pause de plus de sept jours.

Dans ce cas de figure, un oubli après l’intervalle sans pilule de sept jours, en rallongeant encore plus cette pause, augmente d’autant plus les risques. C’est aussi à ce moment que vous êtes le plus vulnérable, car une interruption de sept jours est souvent le moment d’une baisse d’attention. Quand pendant sept  jours, on n’y pense plus, on s’habitue vite à ne plus y penser!  

Astuce: nous conseillons par exemple de ne pas enlever votre rappel ou alarme téléphonique même durant la pause contraceptive, cela permet de maintenir un certain réflexe.

Enfin, notez que, en plus de la proximité de l’oubli par rapport à la période d’interruption, les risques de voir se développer une grossesse sont aussi augmentés par la fréquence d’oubli durant le cycle.

Règle N°2:

Sachez aussi qu’il faut au minimum sept jours ininterrompu de prise de comprimé oral combiné pour endormir l’axe hypothalamo-hypophyso-ovarien : c’est la règle d’or numéro 2.

Règle N°3:

Enfin, la troisième règle d’or de la prise quotidienne de la pilule orale hormonale est de mettre un préservatif pendant sept jours si un oubli est constaté plus de 12 heures ou après les sept jours d’interruption : cela doit devenir un réflexe automatique.

Que faire en cas d'oublis de pilule de moins de 12h?

Puis si vous n’avez pas excédé les 24 à 72 heures, vous pouvez minimiser les risques de tomber enceinte en utilisant une pilule du lendemain surtout si le risque est maximal. De même, il faut vous assurez au plus vite que vous n’êtes pas enceinte, en pratiquant un test de grossesse.

La pilule Cilest tolère un oubli de 12 heures: sans altération de son efficacité contraceptive. Ainsi, si vous constatez un oubli moins de 12 heures après l’heure de prise habituelle, pas de panique, prenez votre comprimé oublié normalement et ne changez rien à votre prise habituelle lors du prochain comprimé.

Que faire en cas d'oublis de pilule de plus de 12h?

Si l’oubli survient au delà des 12 heures de sécurité contraceptive: Cilest ne vous assure plus une contraception efficace. Les risque de tomber enceinte existe si un rapport sexuel a eu lieu dans les 5 jours précédents l’oubli, et aura lieu les 7 jours suivants l’oubli.  

Le comportement à adopter est le suivant:

1) Si l’oubli se situe dans la première semaine: vous devez prendre votre comprimé oublié, même si cela implique de prendre deux comprimés en même temps ou à intervalle très rapproché, c’est à dire celui oublié et le suivant à heure normale. Tous les autres comprimés doivent ensuite être pris comme d’habitude, à heure normale. Mais vous devez ajouter la prise d’une méthode contraceptive non hormonale du type barrière mécanique, et ce pendant sept jours afin de vous assurez une protection contre le risque de grossesse non désirée. En revanche, si des rapports sexuels avaient eu lieu dans les 7 jours avant, il y a un risque que vous soyez enceinte. Éliminez ce risque en pratiquant un tests de grossesse au plus vite.

2) Si l’oubli se situe au cours de la deuxième semaine: vous devez aussi prendre votre comprimé contraceptif oublié dès que vous réalisez votre oubli, et prendre le suivant normalement à l’heure habituelle, encore une fois même si vous devez les prendre en même temps . A partir de là, deux cas de figures :

Si ce comprimé est le premier oublié depuis la nouvelle plaquette du cycle, alors le risque de tomber enceinte est faible, et vous pouvez vous abstenir d’utiliser une protection contraceptive supplémentaire.
– Si ce n’est pas le premier comprimé oublié de votre cycle et de la plaquette Cilest, les risque de grossesse est présent. L’efficacité contraceptive de Cilest étant compromise, nous recommandons d’utiliser un préservatif en support, pendant sept jours au minimum, et d’éliminer le doute d’une grossesse.  

Faites attention lors de la 3ème semaine de votre cycle! 

Si l’oubli d’un comprimé de la pilule Cilest arrive au cours de la troisième semaine du cycle menstruel, le risque de tomber enceinte est à son maximum puisque la troisième semaine est celle lors de laquelle est le plus altérée l’efficacité protective de Cilest. Lors de cette troisième semaine du cycle, vous devez adopter le comportement adéquate afin d’atténuer la diminution de la protection contraceptive, comportement variant selon la régularité de votre prise durant tout le cycle.

Si vous n’avez oublié aucun comprimé pendant les 7 jours précédents cet oubli, vous avez le choix entre:

– Ou bien prendre le comprimé oublié dès que vous réalisez l’oubli, puis de prendre les comprimés suivants à l’heure habituelle jusqu’à la fin de la plaquette. Arrivée en fin de plaquette, ne respectez pas l’interruption classique des sept jours, enchaînez directement avec la plaquette suivante. Les hémorragies de privation ne se manifesteront donc pas, mais des petits spottings peuvent survenir à la place, ainsi que des métrorragies, pendant le cycle suivant, sans gravité.  

– Ou bien de décider d’observer immédiatement la période d’arrêt de la pilule, pendant sept jours, en incluant le jour de l’oubli. Ce faisant, vous ne devez pas prendre votre comprimé oublié ni les suivants, mais devez jeter votre plaquette pour éviter toute confusion. Votre cycle est de ce fait décalé car vous “avancez” la période des hémorragies de privation: noter bien le nouveau jour du début de cycle. Vos hémorragies de privation apparaîtront donc lors de cette interruption déclenchée plus tôt.

À noter: il n’est pas nécessaire d’ajouter un mode de contraception supplémentaire, comme le préservatif et ce peu importe la conduite que vous décidez d’adopter.

Si vous avez oublié un ou plusieurs comprimés lors des sept jours précédents cet oubli de troisième semaine: alors vous n’avez pas d’autres choix que de suivre le deuxième cas de figure, c’est-à-dire d’arrêter la prise de votre pilule immédiatement afin de déclencher plus tôt vos hémorragies de privation. Si celles-ci n’apparaissent pas, cela indique peut être un signe de grossesse, qui doit être confirmée ou infirmée par un test de grossesse. Egalement, il vous faudra ajouter en supplément une méthode contraceptive non hormonale de type barrière mécanique/préservatif, pendant les 7 jours suivants l’oubli.  

Que faire dans les autres cas de figure?

A côté de ces marches à suivre en cas d’oubli, d’autres événements peuvent vous conduire à adopter le même type de comportement ou à moduler votre prise de la pilule. C’est notamment le cas si vous êtes malade, et souffrez notamment de gastro qui vous conduisent à des vomissements ou des diarrhées dans les 3 heures après avoir avalé votre pilule contraceptive.

En effet, après 3 heures, rien n’assure que votre comprimé ait été assimilé par votre organisme et que ces substances actives sont dans votre sang; peut être était-il encore dans votre estomac ou intestin. Auquel cas, il n’est plus dans votre corps et ne vous assure plus de protection contraceptive.

Dans un tel cas où vous rejetez votre comprimé contraceptif 3 heures après l’avoir ingurgité, le comportement à adopter est le même qu’en cas d’oubli de pilule : si vous pouvez reprendre le comprimé suivant dans les 12 heures en vous assurant de ne pas l’évacuer, faites le, sinon, selon la semaine du cycle dans laquelle vous vous trouvez, adopter le même comportement que les oublis supérieurs à 12 heures.

En cas de voyage: faites attention au décalage horaire qui peut porter à confusion ! Anticiper la zone horaire de votre lieu de vacances par rapport à votre lieu de vie, calculer le nombre d’heure de décalage à l’aide de votre smartphone ou sur internet, et régler une alarme temporaire sur l‘heure de votre ville où vous habitez !   

Bonus: retrouvez ci-dessous une petite vidéo ci-dessous qui résume ce qui est écris dans notre dossier, d’une façon plus ludique!

 

Quand commencer à prendre la pilule Cilest?

La pilule Cilest est un contraceptif de troisième génération, prescrite en deuxième intention par votre médecin. Cela signifie que Cilest n’est surement pas votre première pilule!  

1) Si vous étiez sur une autre pilule orale combinée estroprogestative de deuxième ou troisième génération: commencez Cilest normalement en remplacement de votre ancienne pilule, le jour où vous deviez commencer la nouvelle plaquette de votre ancienne pilule après la période d’arrêt habituelle.

2) Si vous prenez Cilest en relais d’une autre méthode contraceptive combinée (comme un anneau vaginal ou un patch transdermique): vous pouvez débuter Cilest le jour du retrait de ces systèmes contraceptifs hormonaux de préférence, et au plus tard, jusqu’au jour prévu de la pose de ces systèmes après la période normale d’interruption de sept jours.

3) En relais d’une méthode contraceptive non combinée (c’est à dire une méthode progestative comme une pilule orale microdosée, un implant, un SIU appelé stérilet progestatif, ou des injections de progestatif): le moment pour débuter Cilest varie selon votre système contraceptif. Dans tous les cas; nous recommandons d’utiliser en support une méthode contraceptive supplémentaire de type barrière mécanique comme un préservatif pendant sept jours:

  • Si vous êtes sous pilule micro dosée progestative: vous pouvez prendre Cilest minidosée oestroprogestative à n’importe quel moment du cycle, le lendemain du jour où vous décidez de prendre le dernier comprimé de votre ancienne pilule, en remplacement de celle-ci et à la même heure.
  • Si vous aviez un système intra-utérin à base d’hormone progestative, ou un implant progestatif: vous devez débuter Cilest le jour du retrait de ces dispositifs contraceptifs
  • En relais d’injections progestatives: vous devez débuter Cilest le jour prévu des nouvelles injections. Il convient donc d’attendre que les injections se dissipent avant , soit trois mois après vos précédentes injections.

Dans le cas où Cilest est la première pilule contraceptive que vous reprenez après un arrêt d’au moins 4 semaines correspondant à un cycle menstruel: démarrez Cilest le premier jour de vos règles.

Dans le cas où vous venez de subir un avortement ou une fausse couche du premier trimestre: nous déconseillons et contre indiquons le reprise immédiate de Cilest. Nous recommandons d’attendre que les premières règles après l’événement de fausse couche ou d’avortement se manifestent, pour reprendre Cilest lors du prochain cycle. Une contraception non hormonale devra être envisagée en attendant afin d’empêcher qu’une grossesse ne survienne.  

Autrement dit: vous devez attendre vos menstruations et débuter Cilest lors du cle suivant.

Si ces événements devaient arriver à partir du deuxième trimestre: ou si vous venez d’accoucher, la marche à suivre est la même. Dans ces conditions de post partum, les risques thrombo emboliques sont plus élevés en association avec les pilules contraceptives oestroprogestatives, vous devez donc attendre minimum 21 à 28 jours avant de débuter Cilest, voire même attendre l’apparition de vos prochaines règles si celles-ci se manifestent après 21 ou 28 jours.

À noter: si cela vous oblige à reprendre Cilest plus tardivement, une méthode contraceptive non hormonale est obligatoire pour éviter de tomber enceinte, de même que dans l’attente des 21 à 28 jours.

Effets secondaires et indésirables de Cilest

Il existe une multitude de pilules sur le marché, dont l’offre généreuse doit pouvoir satisfaire les besoins des différents profils et organismes des femmes. Cependant, même quand on se penche sur une pilule en particulier, on doit parler de pilules au pluriel. Autrement dit, il existe “des” Cilest, car selon la femme qui l’utilise, elle développera ou non certains effets indésirables, ou effets bénéfiques, ou réagira de manière neutre tandis que d’autres subiront ou ne bénéficieront pas de ces effets.

Certains paramètres influent sur la capacité ou non à supporter une pilule hormonale: le métabolisme du foie, le poids et le taux de protéines sanguines qui fixent les hormones de synthèse sont souvent impliqués dans la réaction organique du corps aux hormones sexuelles de synthèses. Bien sûr il est possible de déterminer une tendance ou un climat de la pilule de par la nature de ces hormones, mais une femme peut déterminer vraiment si oui ou non une méthode contraceptive orale hormonale est faite pour elle après l’avoir essayée sur trois cycles menstruels correspondant donc à une période de trois mois, et bien entendu en suivant l’avis de son médecin.

Tout d’abord, toutes les pilules peuvent provoquer de manière classique et courante, des migraines banales, des nausées légères, des ballonnements. Ils sont amenés à disparaître au bout de maximum 3 mois, mais si tel n’était pas le cas, leur persistance doit indiquer que la pilule Cilest n’est pas la plus adaptée à votre métabolisme sans pour autant signifier que vous devez impérativement l’arrêter.

Cilest en tant que pilule à climat oestrogénique, peut favoriser des mastodynies, les douleurs mammaires souvent prémenstruelles, dont la taille pourra gonfler par la même occasion. Un autre point important est la possibilité de voir se développer ou s’accentuer une forme de rétention d’eau et des jambes lourdes.

Si au bout de trois cycles mensuels: ces symptômes s’aggravent et sont récurrents, notamment au regard de céphalées et de mastodynies sévères, il conviendra d’arrêter la prise de Cilest et d’en parler à un médecin.

Puis, de manière modérément fréquente, des femmes constatent une irritation oculaire, avec diminution de l’humidification des muqueuses, pouvant affecter et gêner le port de lentilles de contact.

Enfin, du point de vue de l’humeur, certaines femmes rapportent un irritabilité et une modification de leur libido.

Parmi les effets indésirables très rares et peu fréquents: des modifications des paramètres glycémiques et lipidiques peuvent survenir. En effet, une association entre l’hormone norgestimate et l’estrogène éthinylestradiol perturbe les taux de cholestérol HDL et des triglycérides, qui augmentent et peuvent résulter en une apparition de cholestérol et de diabète faibles.

À noter: ceux ci disparaissent dès l’arrêt de la pilule.

Également de manière rare: une coronaropathie peut se manifester, se traduisant par une hypertension artérielle ou hypo tension.

Rappel: Si ces effets indésirables se manifestent avec récurrence, discutez-en avec un médecin rapidement.

Au regard de la régularité des cycles menstruels, il se peut que chez certaines femmes ceux-ci soient perturbés par des spottings, des petits saignements sporadiques intermenstruels qui surviennent donc en dehors de la période d’apparition des règles. Également au moment de la période d’apparition des hémorragies de privation et selon les organismes des utilisatrices de Cilest, une aménorrhée, ou l’absence de règles, peut aussi se manifester tout comme une oligoménorrhée, qui est reconnaissable à un flux faible et à une diminution de leur fréquence de cycle menstruel en cycle menstruel.

Les contre-indications et les risques

Toutes les pilules, quelque soit leur génération, comportent un risque très faible, mais grave, de déclencher un accident thromboembolique. La prévalence de ce risque est d’autant plus plus importante que le mode de vie ou les antécédents de la patiente sont des facteurs aggravants.

Les contre indications de la pilule CilestDe plus, ces risques sont plus probables lors de la première année de la prise de la pilule, ou si vous reprenez la pilule après une période d’arrêt de 4 semaines minimum, ou comme les femmes en post partum qui prennent à nouveau la pilule. Pour déterminer la prégnance de ce risque, votre médecin doit vous faire un examen complet de votre état de santé, avec bilan sanguin, tests biologiques, recherche des taux lipidiques et glycémiques, et questionnaire sur vos antécédents et facteurs de risque.

Le médecin pourra aussi pratiquer des recherches sur les paramètres des taux de protéines comme les corticoïdes, ou le taux de lipoprotéines, les paramètres de la coagulation et les paramètre biochimiques pour contrôler les fonctions surrénales, hépatiques et thyroïdienne.

Au delà de ce bilan, un suivi médical régulier est aussi préconisé car il vous permet, en connaissant les risques, de pouvoir identifier si vous subissez un des symptômes, et de pouvoir réagir vite. Si tel était le cas, parlez-en immédiatement à votre médecin et arrêter la pilule, à la place de quoi vous devrez utiliser une méthode contraceptive mécanique comme un préservatif.

Sont donc interdites à la prise du traitement contraceptif Cilest les femmes présentant les critères suivants :

  • Les femmes ayant déjà eu ou ayant des antécédents de voir se développer un caillot sanguin, dans un jambe ou dans les poumons. Le premier cas qualifie une thrombose veineuse profonde et le deuxième cas renvoie à l’embolie pulmonaire. ELS femmes sujettes aux phélbites sont donc particulièrement concernées et ne doivent pas utiliser la méthode contraceptive hormonale orale.
  • Les femmes atteinte d’un trouble de la coagulation sanguine. Cela renvoie souvent à un déficit en certaines protéines C et S , ou en antithrombine III, une mutation du facteur V de Leiden ou la présence d’anticorps anti-phospholipides
  • Les femmes ayant déjà eu ou ayant des antécédents d’accidents cardiaques, type infarctus. -Cette contre-indication s’applique aussi aux femmes souffrant de douleur à la poitrine , appelées angine de poitrine.
  • Les femmes ayant déjà eu ou ayant des antécédents d’accident vasculaire cérébral – AVC. Cette contre indication s’applique aussi aux femmes souffrant d’un symptôme ischémique transitoire  précurseur d’un AVC.

En plus de ces cas formellement restrictifs, des facteurs aggravants existent pouvant être un vecteur d’accidents thrombo-emboliques.

La pilule est donc contre indiquée dans les cas suivants:

  • Les femmes qui sont alitées ou celles sur le point de subir une opération doivent le mentionner à leur médecin, car un arrêt temporaire de la pilule devra sans doute être envisagé.
  • Les femmes venant d’accoucher présentent un risque de développer un caillot sanguin beaucoup plus élevé que toutes les autres femmes. A titre de comparaison, sont concernées 6 femmes sur 10000 au cours d’une grossesse et en post partum, contre 3 femmes sur 10000 pour les utilisatrices d’une pilule de 3e génération comme Cilest.
  • Les fumeuses constitue un risque mais n’interdit pas la prise de la pilule hormonale
  • Les femmes âgées de plus de 35 ans
  • Les femmes obèses avec un IMC supérieur à 30 kg/m², et particulièrement celles ayant un taux de graisses et de sucres dans le sang élevé c’est à dire une hyperlipidémie des taux HDL et LDL.
  • Les femmes ayant un taux élevé de l’acide aminé homocystéine dans le sang, facteur important d’accident vasculaire cérébraux et de thrombose veineuse. Cette hyperhomocystéinémie est souvent liée à des carences en acide folique (vitamine B9), en pyridoxine (B6) et en cobalamine (B12).
  • Les femmes cumulants tous ces facteurs

Les facteurs aggravants sont aussi liés à d’autres maladies ou troubles qui peuvent être le terrain fertile au développement de caillots sanguins d’une part, ou simplement constituer un risque grave en combinaison avec la prise d’hormones de synthèse d’autre part.

Ce traitement hormonal oral est donc interdit pour:

  • Les femmes sévèrement diabétiques pour lesquelles les vaisseaux sanguins sont atteints
  • Les femmes les personnes hypertendues , avec une pression artérielle élevée égale ou se situant au delà 160/100 mmHg
  • Les femmes ayant ou ayant déjà eu des migraines avec aura
  • Les femmes ayant des antécédents ou des risques d’affections hépatiques , dont la  fonction hépatique est altérée . Cela concerne aussi bien les anomalies que les maladies hépatiques sévères comme les tumeurs du foie
  • Les maladies génitales, ou anomalies comme des hémorragies récurrentes ou saignement des parties génitales dont le diagnostic n’a pas été fourni
  • Les femmes ayant développé des cancers hormono dépendants, des cancers du sein ou de l’utérus.

Certains symptômes existent et permettent d’identifier rapidement si un de ces risques survient (cette liste n’étant pas exhaustive, restez vigilante si vous vous savez être à risque).

Rester vigilantes pour dénicher:

  • Les symptômes courants des thromboses veineuses profondes : gonflement d’une jambe uniquement, accompagnée mais pas nécessairement de douleurs, d’engourdissement et d’une coloration
  • Les symptômes courants des embolies pulmonaires : essoufflement , toux soudaine et brutale pouvant s’accompagner de crachat de sang, étourdissement, accélération ou irrégularité cardiaque, douleur aiguë dans la poitrine,
  • Les symptômes des accidents cardiaques : forte douleur à la poitrine, sensation d’oppression ou de gêne dans la zone du coeur, impression d’étouffement, suffocation, transpiration et bouffées de chaleur, sensations vertigineuses et vomissements, tachycardie ou arythmie
  • Les symptômes des AVC : céphalées prolongées et aigues, confusion de la parole, engourdissement ou perte de la motricité d’une partie du corps ou du visage, cécité partielle ou totale,  perte de coordination des mouvements et difficulté à marcher, des sensations vertigineuses, collapsus et évanouissement pouvant s’accompagner de crises convulsives,

Les contre indications s’appliquent aussi aux femmes prenant d’autres traitements. En effet, les pilules contraceptives hormonales comme Cilest peuvent interférer sur l’efficacité de certains médicaments, comme à l’inverse, certains médicaments vont annuler l’effet contraceptif de Cilest.

Si vous êtes contrainte de prendre certains de ces médicaments pour une période donnée, il sera nécessaire d’ajouter une méthode contraceptive de type barrière mécanique comme les préservatifs.

Certains de ces médicaments sont couramment concernés et nous en dressons la liste ci-dessous, mais soyez prudente si vous prenez un traitement, parlez en à votre médecin. Lui seul saura vous dire le risque encouru et les interactions médicamenteuses existantes ou non.

La vigilance et l’information est de mise pour:

  • Les antituberculeux comme la rifabutine ou ,rifampicine : si vous utilisez ces traitements, nous conseillons de changer de méthode contraceptive.
  • Les barbituriques et autres antidépresseurs réduisent considérablement l’efficacité de Cilest
  • Les antiasthmatiques.
  • Les femmes prenants des antiépileptiques comme le Lamotrigin ne doivent pas prendre Cilest en association, car Cilest peut augmenter la fréquence des crises épileptiques. D’autres anticonvulsifs (phénobarbital, phénytoïne, fosphénytoïne, primidone, carbamazépine, oxcarbazépine) altèrent l’efficacité contraceptive de leur pilule Cilest. Il faudra envisager de prendre une autre méthode de contraception, durant la durée du traitement et jusqu’au cycle suivant l’arrêt du traitement.
  • En phytothérapie, en association avec du millepertuis,  Cilest ne vous assure plus une protection efficace contre le risque de grossesse.
  • Les antirétroviraux utilisés contre le VIH comme le ritonavir, le nelfinavir, la névirapine et efavirenz sont des Inducteurs enzymatiques réduisant l’efficacité de Cilest. Une autre méthode contraceptive fiable doit être appliquée.
  • Les femmes narcoleptiques ou souffrant de somnolence diurne traitées par de la modafinil. Ce médicament peut contrer l’efficacité de Cilest pendant la durée du traitement et un cycle menstruel après l’arrêt du traitement par le modafinil.
  • Les femmes souffrant d’hypertension artérielle pulmonaire traitées sous bosentan ne doivent pas utiliser Cilest, dont l’efficacité est altérée en association avec ce traitement, mais aussi de par le facteur de risque grave que leur affection induit.
  • Si vous avez mycoses à dermatophytes des cheveux, des ongles et de la peau, vous utilisez sans doute un antifongique appelé Griséofulvine. Il altère lui aussi les propriétés contraceptives de Cilest.

Enfin, les femmes allergiques aux principes actifs de Cilest, l’hormone progestative norgestimate et l’estrogène éthinylestradiol, sont évidemment contre indiquées à la prise de cette pilule Cilest. D’autres pilule pourront être proposées à la place.

Note: cela vaut aussi pour les excipients notoires contenus dans la pilule en particulier les femmes intolérantes au lactose, mais aussi  au magnésium stéarate (E572), à l’amidon de maïs, et au indigotine (E132).

acheter la pilule Cilest?

Cilest est une pilule de 3ème génération, elle est donc interdite à la vente en pharmacie traditionnelles (les pharmacies physiques).

Acheter la pilule Cilest en ligneCependant, de part son efficacité et ses nombreux avantages, elle reste très recherchée sur Internet et de nombreuses pharmacies en ligne la commercialise… à condition de présenter une ordonnance valide!
Car de nombreuses plateformes n’hésitent pas à arnaquer les internautes en proposant d’acheter « Cilest pas cher » et souvent même « sans ordonnance« .

En plus d’être une pratique complètement interdite, elle est également dangereuse pour votre santé car les produits commandés sont souvent contre-fabriqués ou périmés.

Ainsi, pour vous procurer cette pilule contraceptive sur Internet, nos équipes vous conseillent de passer par une plateforme agréée (comme le lien que nous vous proposons ci-dessus).

acheter en ligne et sans risquesEn plus d’être certain de profiter des meilleurs prix, vous êtes assuré d’effectuer votre achat de pilule en toute sécurité car un médecin certifié vous délivrera une prescription médicale valide à la suite d’un questionnaire détaillé sur votre état de santé.

Avec en plus un système de paiement sécurisé, l’assurance d’une commande anonyme et une livraison express (24h) et gratuite, il est donc inutile de chercher à économiser quelques euros pour un traitement trouvé au hasard sur le web, potentiellement nuisible car fabriqué par un producteur non-officiel.

À quel prix?

Le prix de ce moyen de contraception oral se situe dans la moyenne des prix pratiqués par les autres fabricants de pilule contraceptive.

À savoir:

L’offre de base comprend 3 mois de traitement pour 54€.
L’offre « longue durée » comprend 6 mois de traitement pour 74€ ce qui représente une économie de 29€.

Voilà, vous avez dorénavant toutes les connaissances nécessaires pour ne plus vous faire avoir et choisir ainsi la pilule contraceptive qui vous convient le mieux!