Les troubles de la sexualité font référence aux anomalies de la fonction des organes génitaux et sexuels. Ces troubles ont un impact sur le déroulement d’un rapport sexuel et le plaisir qui en découle, pouvant interférer sur l’harmonie sexuelle et la symbiose recherchée durant l’acte. Ils peuvent aussi avoir un impact sur le couple, du fait de la gêne ou de la détresse que peut ressentir la personne touchée par des troubles sexuels. 

Pour un amour épanouie, sans troubles de la sexualité!

On se concentre ici sur les troubles sexuels masculins, et les deux plus fréquents d’entre eux à savoir l’éjaculation précoce et l’impuissance sexuelle masculine.

Troubles de la sexualité: il faut en parler!

Ces troubles sexuels sont souvent un tabou, et mettent les hommes qui en souffrent dans une grande détresse qui n’en parlent pas par honte, par crainte de ne pas assurer, être incapable de donner du plaisir à sa partenaire et d’en ressentir… De plus, dans nos sociétés conditionnées par la culture de la performance, les troubles de la sexualité sont vécus comme une situation d’échec personnel pour les hommes, se sentant non virils et inaptes à assumer leur “rôle” social. 

Focus sur l’éjaculation précoce

De fait, les éjaculateurs précoces font aussi l’objet de moquerie dans l’imaginaire collectif, que l’on associe souvent à une certaine puérilité et d’une personne n’ayant jamais eu ou que très peu d’expériences sexuelles, bien que cela soit totalement faux. Aucun lien biologique n’est établi entre fréquence des pratiques sexuelles et troubles de la sexualité car ces derniers peuvent très bien concerner des couples de longue durée. 

Des causes encore floues

En outre, on parle de troubles car il ne s’agit pas de maladie. Certains facteurs entrent en jeu, comme l’angoisse, le stress, l’anxiété et la nervosité, le manque de sommeil. D’autres sources sont à rechercher dans les neurones et neuromédiateurs cérébraux. Enfin, la consommation de certains médicaments ou drogues, de tabac et d’alcool sont aussi des facteurs au même titre que certaines maladies.

Un trouble sexuel commun

l'éjaculation précoce est un trouble fréquent de la sexualitéL’éjaculation précoce est un des troubles masculins de la sexualité le plus courant, avec un tiers des hommes qui en sont affectés. Il qualifie une éjaculation qui survient trop tôt, ou du moins avant que les partenaires ne le souhaitent, car la difficulté de la définition tient à la norme qui n’existe pas. En effet, une éjaculation peut être perçue précoce ou non selon les couples.

On retient donc qu’une éjaculation précoce est celle qu’il est impossible de contrôler, et surtout celle qui survient avant même la pénétration.

La possibilité de retarder le moment de l’orgasme, de faire durer le plaisir et donc de moduler le rapport sexuel entre jeux et synchronisation des partenaires, sont autant de critères qui d’ordinaire participent à définir un rapport sexuel réussi chez les couples, et qui pourtant font défaut chez l’homme souffrant d’éjaculation prématurée.

De fait, si il est impossible pour l’homme de décider de ce moment, alors il semble juste de dire que cela puisse être porteur de frustration tant chez la femme, dont l’orgasme survient bien plus tard, que chez l’homme, qui trouve le rapport sexuel bien trop court.

Les traitements

Des traitements existent contre ce trouble (comme le Priligy, découvrez sa fiche en cliquant ici), et agissent sur le mécanisme de l’éjaculation en la retardant, mais ne soignent pas la cause, seulement le symptôme. Autrement dit, dès que le médicament est arrêté, l’éjaculation précoce revient. Toutefois, ces médicaments d’aide à retarder l’éjaculation précoce sont très utiles pour la phase d’apprentissage, en permettant à l’homme d’apprendre à contrôler son érection et excitation, et doit être accompagnée d’exercices qu’il sera d’autant plus facile à reproduire et seront plus efficaces lors de l’arrêt du traitement.

Par exemple, il s’agit d’essayer de trouver les marqueurs du désir, les facteurs déclencheurs de l’excitation, les sensations et les temporiser, cet entraînement pouvant être plus aisément fait lorsque l’homme souffrant de troubles de la sexualité est sous traitement anti éjaculation prématurée.

Un autre traitement contre ce trouble fréquent chez l’homme, est le Male Extra (voir sa fiche complète). Il comporte de nombreux avantages mais le principal se trouve clairement au sein des ingrédients qui le compose. C’est un complément alimentaire 100% naturel, ce qui lui permet d’être vendu sans ordonnance (et donc, quasiment sans dangers).

Mais encore une fois, une thérapie, la consultation d’un sexologue ou des exercices de relaxation (sophrologie) peuvent être bénéfiques lors de la prise de ce genre de traitement retardant les mécanismes de l’éjaculation précoce.

L’impuissance masculine

Parmi les troubles de la sexualité, l’impuissance qualifie l’incapacité de l’homme à avoir une érection, et ce de manière ponctuelle (une panne sexuelle) ou chronique. Les dysfonctions érectiles concernent 3 millions de français et parmi elles, l’impuissance chronique qualifie l’impossibilité d’avoir une érection de la verge assez dure et nécessaire à la pénétration, ou si elle survient, de la maintenir assez longtemps pour avoir un rapport sexuel satisfaisant.

Quelles sont les causes?

l'impuissance est un trouble sexuel difficile à vivreLes causes de l’impuissance sexuelle chez les hommes revêt d’un aspect d’abord organique, mais aussi pathologique, en dans une moindre mesure, psychologique.

Dans les causes organiques, on compte le tabac qui a des effets sur les artères corporelles, non seulement le coeur mais aussi ceux du pénis. On estime aussi que l’alcool augmente l’impuissance.

Enfin la prise de certains médicaments affectent le mécanisme érectile (les diurétiques, les antihypertenseurs utilisés pour rétablir la tension artérielle etc.).

Dans les causes pathologiques, on retrouve le diabète, mais aussi toutes les maladies qui altèrent les artères telles le cholestérol, le surpoids. Les troubles neurologiques (accidents vasculaires cérébraux, sclérose en plaques etc.), les déséquilibres hormonaux et certains cancers comme celui de la prostate, perturbent aussi la fonction érectile. En outre, les dysfonctions érectiles concernent 3 millions de français, et sont  plus graves car peuvent masquer une affection sérieuse ou annoncer des troubles cardio-vasculaires.

Enfin, des causes psychiques, notamment le stress et la déprime, le surmenage, peuvent conduire à des situations d’impuissance.

Les traitements pour soigner ce trouble de la sexualité

Des traitements oraux contre l’impuissance existent (par exemple, vous pouvez découvrir la fiche et acheter Spedra en ligne, en cliquant ici), et se prennent soit à la demande, c’est à dire de manière ponctuelle quelques heures avant le rapport, soit en continu. Des traitements locaux sont aussi possibles, mais doivent faire l’objet d’un apprentissage par un médecin.

Ils consistent en l’injection dans le pénis de substances actives déclenchant les érections, ou par l’insertion dans l’urètre d’un petit bâtonnet, ou encore de l’application d’une crème à l’extrémité de l’urètre (si vous préférez cette solution, alors nous vous conseillons d’acheter vitaros en consultant au préalable la fiche complète de ce traitement).

Tous ces traitements contre les troubles de la sexualité doivent être conseillés par un médecin à même de vous orienter vers la solution la plus adaptée.

D’autres troubles de la sexualité existent aussi :

Au niveau des troubles érectiles, en plus de l’impuissance chronique, on compte la panne sexuelle ponctuelle et au contraire, une érection persistante qui ne retombe pas, le priapisme. Ces troubles de la sexualité sont rarement graves.

Au niveau des troubles éjaculatoires, à l’inverse de l’éjaculation précoce, on retrouve l’éjaculation retardée, qui peut soit être l’impossibilité pour l’homme d’éjaculer et c’est l’anéjaculation, soit dans la mesure où éjaculation il y a, celle-ci est le fait de la masturbation et est purement biologique, ne s’accompagnant d’aucun plaisir ni d’orgasme. Ces troubles de la sexualité sont souvent le fruit d’un problème psychologique.

Au niveau des troubles du désir sexuel, les hommes aussi souffrent d’une baisse voir disparition de libido, avec des cas d’anorgasmie soit l’absence totale d’orgasme. Encore une fois, ces troubles de la sexualité n’ont pas de conséquences sur la santé physique, et ont pour origine le mental de l’individu. En ce sens, parler à un psychologue ou sexologue peut être une première étape pour identifier les sources et les leviers de guérison.