L’ asthme est une des maladies le plus répandue à travers le monde avec plus de 250 millions de malade. L’asthme peut se déclencher chez un individu à n’importe quel moment de sa vie, et il s’avère que dans l’extrême majorité des cas, cette pathologie n’est pas curable ce qui fait de l’asthme, une maladie chronique.


l'asthme est la maladie chronique la plus fréquente chez les enfants, heureusement des traitements existent!Ce sont donc les adultes qui sont le plus touchés, mais les scientifiques constatent que l’asthme se déclarent de plus en plus tôt chez les enfants, probablement à cause des conditions environnementales qui se détériorent (notamment la pollution, qui peut être un facteur explicatif).

Chez les enfants, il faut distinguer deux sortes d’asthme. Ceux qui subissent des crises d’asthme passagères, accompagnées d’autres maladies comme le rhume, ont de bonnes chances de voir leur asthme disparaître au fil des années.

Contrairement aux enfants considérés comme réellement asthmatiques qui, à la manière d’un adulte asthmatique, vont faire plusieurs crises, sans autres raisons apparentes, tout au long de l’année.

Ces derniers souffriront de cette pathologie toute leur vie, cependant, nous verrons dans cet article qu’il existe de nombreux traitements, aussi efficaces que peu encombrants, permettant aux individus asthmatiques de vivre normalement, avec très peu de contraintes.

Asthme, qu’est ce que c’est?

“Hyperréactivité bronchique”, voici le terme un petit peu barbare qui se cache derrière l’asthme. Concrètement, l’asthme est une maladie des bronches qui, dans certains cas plus ou moins définis que nous verrons un peu plus loin dans l’article, réagissent avec une sensibilité excessive face à certaines situations.

D’une manière générale, une personne est considérée comme asthmatique à partir de sa première crise d’asthme, qu’elle provienne spontanément, sans raison apparente, ou à la suite d’un effort physique. Ces crises surviennent à cause d’une inflammation, puis d’une contraction des muscles lisses de la trachée, ainsi que des bronches, rendant ainsi la respiration de l’asthmatique contraignante et difficile. Plus la crise est grave (le terme “aiguë” est généralement employé par les professionnels de la santé), plus l’individu atteint d’asthme aura des difficultés respiratoires. Dans certains cas très sévères, une hospitalisation est nécessaire.

les symptômes et effets de l'asthme sur les bronches

Du fait de son aspect chronique, l’asthmatique subira ses crises toute sa vie. Cependant, en identifiant précisément ses symptômes, ce qui permet de déceler l’arrivée d’une crise et d’agir en conséquence, ou en adaptant légèrement son hygiène de vie à la maladie, il est possible que l’asthme en reste à un stade mineur toute votre vie, grâce à l’utilisation de certains traitements, comme la Ventoline.

Mais si aujourd’hui, uniquement 4 asthmatiques sur 10 arrivent à vivre convenablement (avec pas, ou très peu de crises et à de faibles intensités), c’est à cause de leur manque d’assiduité, et bien souvent, d’informations. En effet, une mauvaise technique d’inhalation des traitements prescrits, un refus d’accepter sa maladie, une peur des médicaments, une hygiène de vie inchangée… autant de facteurs qui rendent cette maladie plus pénible qu’elle ne devrait l’être.

Heureusement, sur info-pharma.org, nous faisons le tour des symptômes, causes et des “bons” gestes à effectuer pour connaître cette maladie, et pouvoir ainsi combattre l’asthme efficacement.

Asthme, quelles sont les principaux symptômes?

Pour expliquer clairement les différents symptômes de l’asthme, principalement liés à la respiration, il faut les diviser en deux catégories distinctes : les symptômes persistants, et les symptômes apparaissant uniquement en période de crise, plus ou moins sévères.

 

1) Les symptômes quotidiens (hors crise) :

A différents moments de la journée (principalement le soir, avant d’aller se coucher, au réveil ou après un effort physique intense), l’individu asthmatique peut ressentir une difficulté à respirer convenablement. On appelle ce phénomène la dyspnée et il mène rapidement à un essoufflement handicapant, l’obligeant à couper tout effort physique.

La respiration peut également devenir “sifflante”, et être accompagnée de toux sèche et répétée. De plus, il arrive que la personne atteinte d’asthme ressente une sensation d’oppression sur sa cage thoracique.

 

2) Les symptômes intermittents, annonciateurs d’une crise plus ou moins aiguë.

un des symptômes de l' asthme est une grande difficulté à respirer correctementLorsqu’une crise d’asthme approche, l’individu asthmatique peut ressentir une tachycardie (augmentation significative du rythme cardiaque), des sueurs, un grand sentiment d’anxiété, ainsi qu’une toux persistante. Il s’agit alors de rapidement prendre son traitement et de se calmer, pour éviter que la crise ne se développe davantage.

Dans les cas les plus graves, il sera nécessaire d’appeler les secours pour une hospitalisation d’urgence. Parmi les symptômes annonciateurs de ce type de crise, nous pouvons noter :

  • Des difficultés à s’exprimer convenablement.
  • Les lèvres, ou encore les doigts qui deviennent de couleur bleu
  • Une confusion dans les propos
  • Une action inefficace des traitements prescrits par un professionnel, et ce même après une prise répétée, espacée de plusieurs minutes à chaque fois.

Asthme, quelles sont les causes supposées?

Les origines de cette maladie créent encore de nombreux débats parmi les médecins du monde entier aujourd’hui. Beaucoup d’explications, plus ou moins influentes sur l’organisme asthmatique, sont supposées par les professionnels de la santé. Pour une meilleure compréhension, nous allons les diviser en trois parties:

 

1 – Le facteur génétique.

Il semblerait que l’influence de la génétique, qui est donc un facteur héréditaire, tienne une place prépondérante dans le développement de cette maladie. Ce sont principalement les allergies développées par les enfants en bas âge, qui expliqueraient leurs prédispositions asthmatiques. C’est pourquoi il est essentiel de s’occuper de ces allergies dès leurs apparitions, pour espérer réduire leur influence néfaste avant que l’enfant ne devienne un adulte.

Par ailleurs, il semblerait que le lait maternel soit extrêmement bénéfique dans la lutte contre les allergies, et donc l’asthme. Les enfants nourris au lait maternel ont tendance à développer beaucoup moins de sensibilité allergique que les nourrissons allaités au lait de vache qui, de part sa composition étrangère au corps humain, n’apporte pas les nutriments nécessaires à l’enfant pour se développer, et se construire des défenses immunitaires solides.

 

2 – Le facteur environnemental

En plus du facteur génétique et des allergies développées en bas âge, l’environnement joue un rôle majeur dans le développement de signes asthmatiques.

Par exemple, les premières semaines de vie d’un nourrisson sont primordiales dans son développement futur, car c’est à ce moment qu’il est le moins mis à l’abri par ses défenses immunitaires, encore trop faibles pour le protéger efficacement contre l’environnement qui l’entoure.

C’est pourquoi, un domicile poussiéreux peut endommager ses capacités respiratoires, et développer chez lui ses premières réactions d’asthme allergique. Parmi tous les éléments représentés dans cette catégorie, notons principalement les acariens, la moisissure (ou champignons domestiques, présents dans les endroits humides de la maison) mais également les poils d’animaux (principalement chat et chien, même si les lapins, hamsters et autres souris sont également déconseillés en présence d’un bébé.)

il est possible de traiter l' asthme en mangeant mieux!Ensuite, les aliments, bien que les études à ce sujet ne soient pas encore suffisamment avancées, semblent jouer un rôle majeur dans le développement d’allergies et donc, de signaux asthmatiques.

A commencer par les produits laitiers (lait de vache, certains fromages) mais également les oeufs, le chocolat, certaines pâtes (notamment la pâte à pizza), les céréales, le café, la moutarde et la prise de certains médicaments, qui peuvent tous, entraîner les premières crises d’asthme chez le nourrisson et les jeunes adultes. 

Bien qu’avec les moyens que les scientifiques ont en leur possession, il soit très difficile d’établir un lien concret entre ces aliments et l’asthme, les études nous montrent que les enfants en bas âge habitués à fréquemment se nourrir de ses aliments, ont beaucoup plus de chance de développer de l’asthme dans le futur. Par ailleurs, une étude a récemment prouvé que la “mal-bouffe” (ou fastfood) favoriserait l’asthme chez les jeunes, contrairement aux fruits qui agiraient comme défense naturelle contre cette maladie.

De plus, dans cette catégorie, nous pouvons lister certaines infections qui, lorsqu’elles sont contractées par un enfant en bas âge, entraînent un développement de caractéristiques asthmatiques. C’est ainsi, que les médecins trouvent souvent une sinusite, une bactérie pulmonaire ou encore une infection dentaire, comme facteur principal enclenchant une première crise d’asthme.

Pour finir avec ces facteurs environnementaux, il semblerait que le climat, qui se dégrade un peu plus chaque année, contribue au développement d’hypersensibilité respiratoire (principalement le pollen, apporté par le vent, qui est une cause prouvée d’une grande partie des allergies décelées chez les nourrissons)

Autre facteur important, ce sont les aéro-contaminants transportés dans l’air, principalement composés de déchets industriels : titane, chrome, nickel, cobalt mais aussi de la fumée de tabac, polluants agricoles ou tout simplement les gaz d’échappement des automobiles.

 

3 – Le facteur psychologique.

On indique souvent à une personne en train de rentrer dans une crise d’asthme, qu’il faut “qu’elle se calme” avant tout. Et c’est on ne peut plus vrai. Des chercheurs ont prouvé une corrélation certaine entre la psychologie et l’asthme, qui se caractérise principalement comme une “impression” d’étouffement. Ainsi, à la la suite d’une violente colère, d’une dépression ou toutes autres émotions fortes, une crise d’asthme peut survenir.

L’enjeu principal, en plus de la prise du traitement, et alors d’apaiser l’individu pour le sortir de cet état de panique. L’angoisse, tout particulièrement, et une émotion particulièrement propice au développement de signaux asthmatiques.

 

Les différentes sortes d’asthme:

Il n’existe pas un, mais bien “des” asthmes. Il est important de préciser qu’un individu asthmatique pourra être confronter à plusieurs de ces asthmes, ou sorte de crise d’asthme, au cours de sa vie. Mais l’inverse est également possible !

Voici les différentes sortes d’asthme répertoriées par les professionnels de la santé :

  • Asthme chronique : C’est la maladie la plus répandue, et elle est irréversible. Il existe de nombreux médicaments permettant de soulager au possible le quotidien des asthmatiques chroniques, mais aucun pour les guérir totalement. Dans ce cas de figure, l’individu pourra présenter des difficultés respiratoires en présence d’agents irritants cités plus haut, bien que cela ne soit pas obligatoire (un simple stress peut déclencher une crise). Cet asthme chronique peut être plus ou moins grave, avec des crises plus ou moins sévères. Par exemple, l’asthme intermittent (moins de 2 crises, même légères, par semaine) rentre également dans cette catégorie.
  • Asthme quotidien (ou persistant): c’est une forme d’asthme plus difficile à supporter, car l’individu souffre de plusieurs crises par semaine, et une difficulté respiratoire quotidienne accrue, principalement le matin et le soir avant d’aller se coucher. Un traitement spécifique peut lui être prescrit, en plus du bronchodilatateur basique.
  • Asthme d’effort: Comme son nom l’indique, cet asthme se déclenche après un effort physique intense, comme une course à pied ou une marche rapide. Cette difficulté respiratoire peut aisément mener à une crise plus grave, si une prise du traitement n’est pas effectuée dans les minutes suivant l’effort.
  • Asthme allergique: Une crise d’asthme allergique peut devenir très grave, et peut mettre en danger la vie de l’asthmatique. Elle se déclenche suite à une réaction allergique de l’individu après qu’il soit rentré en contact avec une substance allergène. Il faut impérativement contacter un service d’urgence le plus rapidement possible car cette crise n’a que peu de chance d’être apaisée par les traitements asthmatiques classiques.
  • La crise d’asthme aiguë: Cette crise représente un réel danger pour la vie de la personne asthmatique. Si vous percevez un, ou plusieurs, symptômes cités plus haut, il faut impérativement contacter un service d’urgence rapidement, qui pourra alors vous administrez un traitement spécifique pour que la crise aiguë disparaisse.

 

Traitement pour les asthmatiques

Les traitements pour lutter efficacement contre l’asthme ont connu de nombreuses améliorations ces dernières années, ce qui permet de dire aujourd’hui que, avec un suivi à la lettre et régulier des consignes données par votre médecin, il est possible de vivre normalement tout en souffrant de cette maladie. Entre autres, vous pouvez traiter l’ asthme avec des gestes du quotidien, mais également des traitements médicaux.

Traiter l’asthme avec des gestes simples au quotidien

traiter l' asthme en faisant.. de la course à pied (et d'autres sports)Bien l’effort soit une des raisons principales des crises d’asthme en France, il est nécessaire pour les asthmatiques de continuer à pratiquer un sport régulièrement, car contrairement à beaucoup d’idées reçues, le sport n’est absolument pas contre indiqué !

Pour preuve, un marathonien asthmatique  amateur du nom de Thierry Quigniot, grâce à une activité physique intense et régulière, a réussi à retrouver l’intégralité de ses capacités respiratoires et n’a plus besoin de prendre son traitement aujourd’hui !

Pour cela, il lui a suffit “d’apprendre à gérer l’effort” au début, et ne jamais oublier une prise de traitement avant, et après que l’activité physique soit accomplie !

Bien entendu, tout le monde ne pourra pas se guérir à travers le sport (Thierry avait une asthme “mineur”), mais globalement, votre santé ne pourra que s’améliorer au fil des séances, si elles sont régulières ! Pensez tout de même à demander l’avis de votre médecin, qui saura vous conseiller sur le rythme et l’intensité des séances adaptés à votre maladie et condition physique.

Sinon, n’oubliez pas d’adapter votre domicile à votre maladie, en supprimant tous les éléments susceptibles d’attirer les acariens (certaines sortes de literies par exemple, pensez à vérifier la vôtre!), certains produits nettoyants chimiques, ou naturels, allergènes. Ainsi que toutes les poussières (nettoyage fréquent), les moisissures (pensez à éloigner toute humidité des pièces de votre domicile) ou encore, évitez les cuisinières à gaz qui peuvent déclencher une crise dans certains cas !

Traitements médicaux contre l’asthme

Il existe principalement deux types de traitement contre l’asthme.

D’un côté, nous avons les traitement de “soulagement”, comme la Ventoline (cliquez sur le lien pour en savoir plus). Comme leur nom l’indique, ce type de traitement est principalement utilisé pour calmer la crise d’asthme lorsqu’elle est déjà en train de se manifester.

Il est très facile d'utiliser un bronchodilatateur, si on a la bonne technique!

En limitant de manière quasi-immédiate les effets négatifs des symptômes, ce genre de traitement (principalement composé de Bronchodilatateurs, même si des sirops existent aussi mais ils mettent plus de temps à agir, et le temps est extrêmement précieux en période de crise) permettent à l’individu souffrant d’asthme, de retrouver une respiration normale en quelques minutes seulement. En effet, l’asthmatique observera après la prise, un relâchement de sa cage thoracique et tissus musculaires des bronches, ce qui lui permettra de se calmer et ainsi, retrouver tout son souffle.

Il existe également des traitements contre l’asthme, mais de prévention cette fois. Encore une fois, leur nom est plutôt explicit est leur efficacité se concentre principalement sur le fait de prévenir les crises, et ainsi espacer au maximum les délais entre deux d’entre elles. Dans cette catégorie, nous retrouvons certains médicaments à base de corticostéroides (le Qvar est un des plus populaires auprès du corps médical). Leur but, est de limiter la sensibilité du corps de l‘asthmatique à des particules habituellement extrêmement nocives, et déclenchant les crises.

Par exemple, tous les éléments allergènes ou particules irritantes que nous avons cité dans cet article. Le système immunitaire est donc davantage préparé et se défend mieux lorsqu’une crise d’asthme approche.